mardi 27 octobre 2015

Comprendre l'Islam

Comprendre l'Islam
Comprendre l'Islam 

Comprendre l'islam, c'est repérer sa double logique, son double ADN millénaire : le totalitarisme et le djihad, la guerre de conquête sans limite géographique, par la ruse ou par la violence. Comprendre l'islam, c‘est voir qu'en dépit de ses divisions intestines meurtrières, il désigne un ennemi commun : notre civilisation et toutes les autres. Comprendre l'islam, c'est saisir qu'il n'existe aucune différence, seulement tactique, entre islam et islamisme. Comprendre l'islam, c'est réfléchir sur sa confusion de la foi et de la loi, du spirituel et du temporel, du religieux et du politique. Comprendre l'islam, c'est admettre son incompatibilité absolue, d'essence, avec la démocratie pluraliste, la laïcité et la liberté. Sa raison d'être est la théocratie, son règne signifie le recul de l'intelligence. Comprendre l'islam, c'est voir qu'un "islam laïc" ou un "islam des Lumières" sont des utopies. Ses collaborateurs occidentaux sont des soumis, des apeurés, des aveuglés, des schizophrènes en contradiction avec leurs propres principes. Comprendre l'islam, c'est débusquer des convergences troubles avec le fascisme, le nazisme, le communisme marxiste, l'antisémitisme. Comprendre l'islam, c'est mesurer à quel point il joue sur une immigration de peuplement et de colonisation massive, rapide et incontrôlée. Comprendre l'islam, c'est percevoir qu'il ne possède ni métaphysique, ni théologie ni philosophie mais fonctionne sur le binôme dogmatique de la superstition et de l'idéologie. C'est aussi réfléchir sur le duel entre l'obscurantisme et la raison, entre la liberté et la soumission. Comprendre l'islam, c'est admettre sa puissance historique de sidération et de conquête, ressurgie des siècles anciens, archéofuturiste et volontariste. Comprendre l'islam, c'est refuser de se soumettre à ses valeurs et d'admettre ses principes. Comprendre l'islam, ce n'est pas le mépriser, car il n'est pas méprisable, c'est le connaître, afin d'éviter l'islamisation de l'Europe qui déboucherait sur un cataclysme et une décadence. L'auteur s'exprime d'un point de vue aristotélicien.

mardi 13 octobre 2015

Le livre du mois

Par Hervé du site www.himmel-france.com
Voir son steak comme un animal mort

PLAIDOYER POUR LES ANIMAUX
Un livre a particulièrement retenu mon attention. Ce livre intitulé « Voir son steak comme un animal mort » de Martin Gibert.
Dans cet essai accessible et engagé, Martin Gibert propose une synthèse des débats contemporains sur le paradoxe de la viande. Ce faisant, il présente le véganisme, un mouvement moral et politique en pleine émergence qui lutte pour la justice animale, sociale et environnementale.
L’auteur fait ressortir nos incohérences à l’égard des êtres sensibles que nous mangeons la plus part du temps pour réjouir notre estomac, sans se soucier vraiment de la souffrance qu’a dû endurer l’animal.
L’auteur fait remarquer qu’il est moralement inacceptable de faire souffrir un être sensible, alors il pose la question suivante : « Comment se fait-il alors que seule une petite partie d’entre nous devient végétariens ? »
Martin Gibert estime qu’il s’agit d’une incapacité à voir ce qui est moralement pertinent.
D’où vient donc cet aveuglement ?
Martin Gibert explique que nos pensées (ne pas vouloir que les animaux souffrent) sont en opposition avec nos comportements (manger les animaux).
Nous pouvons soit adapter notre comportement en devenant végétarien, soit adopter diverses stratégies ou atténuer ce « paradoxe de la viande », ce que fait la grande majorité des gens, dont l’auteur étudie les motivations à ne pas changer.
Martin Gibert estime que si quelqu’un n’est pas prêt à devenir végétarien, il a au moins l’obligation morale de promouvoir le végétarisme pour les animaux, qui ne l’oublions pas, sont des êtres sensibles et aussi pour réduire la faim dans le monde.

Je citerai pour terminer cet article, l’excellent livre de Matthieu Ricard qui est l’interprète officiel du Dalaï Lama.

Vous pouvez contacter Hervé sur son site réservé au soudage induction et allez sur contact.

vendredi 25 septembre 2015

Le dernier prophète

Sans vouloir livrer l'intrigue de mon roman, sachez qu'un jeune français, Gabriel, a été choisi par une puissance divine pour sauver l'humanité. Hélas, la population musulmane française n'acceptera pas qu'un nouveau prophète vienne remettre en cause le message du prophète de l'islam et ce sera le début de la guerre civile en France.

Le dernier prophète
Le dernier prophète

Vous connaissez maintenant mon message et vous savez que c’est l’avenir de votre espèce qui est en jeu.
Je ne suis pas humain.
Je ne suis pas votre ami ou votre ennemi.
Je suis au-delà de vous, au-delà de votre compréhension.
Je suis un Dieu pour vous et chacun d’entre vous peut devenir mon égal.
Il ne tient qu’à vous de le vouloir vraiment.
Vous n’êtes pas mes sujets, vous n’êtes pas mes soumis.
Vous êtes libres et responsables de vos choix.
Ce que vous faites aujourd’hui et demain vous donnera un avenir ou pas.
Vous connaissez la vérité, je vous l’ai révélé sans détour, sans chercher à la travestir ou à l’embellir. La vérité n’a pas besoin d’être habillée, la vérité est nue, la vérité vous libérera.
Quelle que soit votre décision, elle vous appartient. La survie de l’espèce humaine est en jeu.
Utilisez votre cerveau, utilisez votre intelligence, réfléchissez.
Vous n’êtes pas plus bêtes que les autres espèces que j’ai vu évoluer. Vous êtes juste un peu plus lent que les autres.
Eux, ils ont fait des mauvais choix, ils ont pris de mauvaises décisions, ils ont développé des armes tellement puissantes qu’ils se sont détruits. Ce n’était pas mon rôle de les sauver, de les protéger contre eux-mêmes, je me suis contenté de les voir disparaitre.
A partir du moment où j’insuffle la conscience dans une espèce, je considère que je ne dois pas interférer avec l’évolution de celle-ci. Bien sûr, je suis obligé de pénétrer le cerveau de quelques milliers d’entre vous au cours de votre évolution mais c’est nécessaire pour mieux vous connaître.
Si je me suis fixé des règles, c’est parce que je pense qu’il existe peut-être quelque chose au-dessus de moi, un Dieu au-dessus de Dieu. Mais ce n’est qu’un concept que j’ai imaginé. Cela fait des milliards d’années que j’existe et je n’ai jamais vu quelqu’un ou quelque chose au-dessus de moi.
C’est ce genre de discussions que j’aimerai avoir avec vous.
Si je pénètre aujourd’hui l’esprit de l’un d’entre vous, il sombrera dans la folie. C’est déjà arrivé par le passé et malgré d’énormes précautions comme avec mon messager Gabriel, j’ai bien peur que celui-ci ne supporte pas bien longtemps ma présence dans sa tête.
Lorsque votre espèce ou une partie d’entre vous seront devenus mes égaux, nous pourrons alors communiquer ensemble par la pensée et sans risque pour l’un d’entre nous. Nous pourrions même créer d’autres univers et d’autres espèces et voir comment elles évoluent.
Aujourd’hui vous êtes la seule espèce en voie d’évolution sur ce système solaire, mais si vous refusez d’évoluer, ce seront vos machines qui prendront votre place.
Gabriel est mon messager, il est le dernier prophète, écoutez le !

* Acheter l'édition imprimée sur Lulu.com
* Acheter la version eBook sur Kindle Amazon

jeudi 13 août 2015

Téléchargez gratuitement le livre "La religion de l'amour"

Thierry Cumps
Ce livre a été créé par Thierry CUMPS à l’origine de l’érologie (la religion de l’amour).
Vous avez le droit de diffuser ce livre vous-même et en retirer un bénéfice (puisque vous en faites la promotion). Je demande seulement que vous ne le vendez pas à un prix supérieur à 5 euros.
Je ne ferais aucun contrôle et ne demanderai aucune sanction si vous vendez ce livre à un tarif supérieur à 5 euros. Cela ne regarde que vous.
J’autorise chacun d’entre vous à vendre ce livre et je suis conscient que j’abandonne ainsi mes droits d’exploitation de ce document. Pour autant, je continue à revendiquer le fait que je suis l’auteur de ce livre et je vous demande de ne modifier aucune ligne de ce document.

Les raisons qui me poussent à vous donner la possibilité de gagner jusqu’à 5 euros en vendant ce livre sont les suivantes :
-    Tout travail mérite salaire. Vous faites la promotion de ce livre par le biais de votre blog, votre site internet, votre page Facebook ou par le biais de mails, ce travail de promotion mérite d’être rétribué.
-    Je veux vous faire participer à la grande aventure de la religion de l’amour qui j’espère deviendra la religion de l’humanité pour les siècles à venir.
-    En achetant ce livre, la personne réalise un double bénéfice : 1) connaître la religion du futur, 2) gagner de l’argent en vendant x fois ce livre puisqu’il s’agit d’un fichier PDF.
-    Un dernier conseil, faites-vous payer de préférence par PayPal.
Bonne lecture et bonne promotion !
Thierry Cumps

mercredi 12 août 2015

La Rage et l'orgueil

La Rage et l'orgueil
La Rage et l'orgueil

Cet essai, publié dans le Corriere della Sera, fut écrit au fil d'une plume rageuse au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Il s'agit d'un pamphlet concis et virulent qui se présente avant tout comme une déclaration de guerre contre l'intégrisme islamique. S'appuyant tour à tour sur des anecdotes tirées de son expérience de reporter et de ses entrevues avec les grandes figures de la politique internationale, et sur de longues invectives nourries par une colère longtemps retenue, Oriana Fallaci réagit contre l'intégrisme, la molle hypocrisie des dirigeants européens, et le ton politiquement correct qui règne parmi l'opinion occidentale.

Comme je parle

Comme je parle
Comme je parle

Depuis le temps que je partage des vidéos sur Youtube, il est peut-être temps d’en dire un peu plus sur mon parcours et l’esprit qui m’anime. Je suis né en Algérie dans une ville qui ressemblait à n’importe quelle ville provinciale de France ou de Navarre. Le temps que je devienne ado, c’était l’Irak. On a tout d’abord vu arriver les vandales en culotte courtes, puis les islamistes, puis le terrorisme. D’absurdités, en stupidités, en compromissions, nous avons perdu notre pays par petits morceaux. Lors de mon arrivée en Europe, je découvris un continent en proie à des démons similaires au pays que je venais de quitter. J’ai payé cher mon refus des voies qui m’étaient tracées. L’Europe me disait : deviens islamiste, criminel ou assisté social et je t’ouvre les bras. Vieille putain !

Ce livre - qui a commencé comme un email - retrace un parcours à travers un monde pourrissant.

mercredi 5 août 2015

J'apprends à dessiner Les voitures et les motos

J'apprends à dessiner Les voitures et les motos
J'apprends à dessiner Les voitures et les motos

Philippe Legendre est peintre-graveur et auteur-illustrateur. Il anime de nombreux ateliers pour les enfants et intervient en milieu scolaire. La méthode qu'il développe est simple et efficace. Elle décompose chaque dessin en quatre étapes et combine des formes de base repérables facilement. 

Cette collection permet aux petits d'apprendre à se poser en face d'un crayon pour dessiner des sujets faciles et agréables. Certains accrochent dès 3 ans, d'autres vers 5 ans. De nombreux titres pour tous les goûts (voitures, princesses, animaux....) A recommander!

Nous sommes au mois d'août et il faut bien occuper nos enfants. Et si vous leur achetez un petit livre de la collection "J'apprends à dessiner" ?

Même si ce livre ne vous permettra de dessiner votre Ford Fiesta, ce livre vous permettra de passer du bon temps avec vos enfants.

Par contre, si vous avez une vrai voiture, vous aurez peut être besoin du site internet www.24PieceSauto.fr pour commander vos pièces autos.

mardi 4 août 2015

Le prix à payer

Le prix à payer
Le prix à payer

Le prix à payer pour vivre sa foi. Le prix à payer pour être libre. Le prix à payer pour être soi. Ce prix, Mohammed l'a payé, de son sang. Jeune musulman irakien appelé au service militaire, Mohammed découvre avec effroi que son voisin de chambrée est chrétien. Une amitié paradoxale va pourtant se nouer entre les deux hommes, nourrie de débats idéologiques et religieux. Mohammed en sort métamorphosé et se convertit au christianisme. Mais en terre d'Islam, changer de religion est un crime. Intimidations, coups puis prison et torture... Mohammed traverse un calvaire mais ne cède pas. Une fatwa est prononcée contre lui. Ses frères lui tirent dessus, en pleine rue, il s'effondre... Le prix à payer est une histoire vraie. " Un livre poignant qui raconte ce que doit subir un musulman irakien qui devient chrétien. Accablant. " Christian Makarian – L'Express

Mahomet - Histoire d'un Arabe, invention d'un prophète

Mahomet - Histoire d'un Arabe, invention d'un prophète
Mahomet - Histoire d'un Arabe, invention d'un prophète

L'ouvrage du professeur Tilman Nagel est la première biographie historicocritique de Mahomet parue depuis plus de cent ans. Pour cela, il met à profit les importants progrès faits ces dernières décennies par la recherche historique sur l'Arabie préislamique et utilise l'intégralité des sources à disposition. Il peut ainsi à la fois revisiter l'image dogmatique de la vie de Mahomet transmise par les traditions musulmanes et proposer une biographie du fondateur de l'islam inscrite de façon aussi précise que possible dans l'histoire politique, religieuse et sociale de son temps. Dans les derniers chapitres du livre, Nagel montre par quels chemins et pour quelles raisons la vie du Prophète a été par la suite l'objet d'une dogmatisation qui en a estompé les contours historiques. C'est en ce sens qu'on peut parler de l'invention d'un Prophète. Cette seconde démarche n'explique pas seulement comment est née la conception habituelle de la vie de Mahomet; elle fournit aussi les clés nécessaires pour soumettre à la critique historique ces traditions et les rendre ainsi utilisables pour une discussion informée sur l'islam et son fondateur.

Mahomet était-il fou ?

Mahomet était-il fou ?
Mahomet était-il fou ?

Par un travail minutieux de relecture psychologique du Coran et des autres sources biographiques concernant Mahomet, l'auteur repère les symptômes pathologiques du Prophète de l'Islam. Son diagnostic est sans appel : l'homme souffrait d'une paranoïa quérulente avec trouble dissociatif de l'identité. L'auteur montre que Mahomet s'identifiait aux prophètes antérieurs (Jésus et Moïse notamment), qu'il plagiait. Adaptant leurs propos et leur accomplissement à la culture du monde arabe, il imposa ces nouvelles doctrines à son peuple principalement par une agressivité directe et des manipulations politiques. Or, l'Islam a connu un succès phénoménal de son vivant et à travers les siècles. À ce stade intervient donc une autre question : Comment Mahomet est-il parvenu à convaincre les foules ? L'auteur analyse alors la personnalité du peuple soumis et la réussite de cette religion à travers les siècles. L'auteur déconstruit également l'ensemble des présupposés scientifiques et philosophiques qui sont à l'origine de la religion musulmane (cosmologie, biologie, psychologie, etc.). Le discours moral et politique de Mahomet est confronté à ses propres contradictions

lundi 3 août 2015

Faut-il quitter Marseille ?

Faut-il quitter Marseille ?
Faut-il quitter Marseille ?

Le 9 février 2015, le jour de la venue du premier ministre Manuel Valls, les policiers ont été accueillis à la cité de la Castellane par des rafales de kalachnikov. Mauvais concours de circonstances ? Malheureux événement isolé ? José D'Arrigo a passé plus d'un an à interroger des Marseillais de toutes origines, de toutes confessions et de tous bords politiques pour se faire une idée du climat réel de cette ville, une idée plus précise que celle que «vendent» à longueur de journée sondeurs et autres responsables politiques adeptes de la stratégie de l'autruche. Qu'en retire-t-il ? L'image d'une ville défaite, rongée par le clientélisme et submergée par le chômage. Non, à Marseille, les communautés ne vivent pas «ensemble». Elles sont désormais dos à dos. Non, Marseille ce n'est pas la «douceur du sud». Mais plutôt la capitale de la peur. Cette peur que ressentent les policiers dans les cités dites «réfractaires», la peur des parents qui ne pourront plus transmettre à leurs enfants leur patrimoine immobilier qui ne vaut plus grand chose ou encore cette peur des jeunes filles qui se font insulter quand elles osent porter une jupe dans certains quartiers. Enfin et surtout, cette peur des émeutes qui tétanise les élus et cette peur ultime qui assaille les journalistes : la peur de la vérité. Bienvenue à Marseille.

dimanche 5 juillet 2015

Al-Qaïda en France

Al-Qaïda en France
Al-Qaïda en France

Une puissante organisation terroriste s'est implantée sur le sol français : un réseau qui se tient prêt à passer à l'action et qui est dirigé par un « émir » d'Al-Qaïda. Ces « labyrinthes de la terreur » sont dissimulés au cœur de notre quotidien. Les membres de ce réseau, parfaitement entraînés, savent rester anonymes et insoupçonnables. Ils communiquent dans le plus grand secret et disposent d'un arsenal terrifiant qui ne fait que croître. Pour obtenir ces informations, Samuel Laurent s'est lancé, seul, dans une aventure à très haut risque. Sa première étape le conduit à rencontrer des jeunes Français partis combattre en Syrie aux côtés des organisations islamistes. Les renseignements qu'il recueille vont alors le mener en Libye, en Turquie, au Liban, en Grande-Bretagne... À chaque étape, il s'entretient avec des combattants du Jihad, des opérateurs clandestins et des idéologues du salafisme. Mais c'est dans les montagnes de Somalie, avec les Shebabs d'Al-Qaïda, qu'il va prendre toute la mesure de la menace terroriste qui pèse désormais sur tous les habitants de notre pays. Consultant international, Samuel Laurent est avant tout un homme de terrain. Il sillonne depuis des années les régions contrôlées par Al-Qaïda, et possède des contacts inégalés au sein de cette organisation. Il est déjà l'auteur de Sahelistan (Seuil, 2013), salué par la critique.

Lire l'article sur Atlantico.

mercredi 1 juillet 2015

Djihad, de la Théorie aux Actes

Djihad
Djihad, de la Théorie aux Actes


Cette étude s'appuie sur des passages du Coran pour présenter la genèse du djihad et fait des ponts avec l'actualité géopolitique.

Sont mis en exergue, les diverses tactiques comme l'unité stratégique de son application. Le caractère polymorphe du djihad actuel qui prend racine sur différents continents du globe.

De cette analyse basée sur ces djihads actuels - tels qu'ils se développent au Soudan, en Ouzbékistan, aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, en Iran, en Arabie Saoudite mais également en France - naissent des pistes de réflexion sur la nécessité d'endiguer ce phénomène. 

mardi 30 juin 2015

Jamais Soumise - 20 ans dans l'enfer de l'obscurantisme

Jamais Soumise
Jamais Soumise - 20 ans dans l'enfer de l'obscurantisme


« LE JOUR OÙ TU SORTIRAS D ICI, CE SERA DANS UN CERCUEIL. »

Zohra a seize ans quand sa vie bascule. Pour un coup de pied dans la porte de son appartement de La Courneuve, ses parents l'envoient au village familial, en Algérie, pour la jeter dans les griffes d'un ogre. Vendue cent dinars et mariée de force à un mûr et lointain cousin, elle sera battue, humiliée et violée durant vingt longues années avant de réussir son évasion, puis celle de ses filles, déjà victimes.

Son histoire glaçante est celle d'innombrables femmes asservies et brisées par un système ancestral, où l'inceste est pratique courante. Reléguée au rang d'esclave sexuelle et de souffre-douleur, la terreur permanente qu'elle subit ne saura venir à bout de sa détermination acharnée à sauver ses enfants et recouvrer la liberté.

Jamais soumise est le témoignage déchirant d'une survivante qui révèle l'angle mort de la condition de milliers de femmes, bâillonnées par l'obscurantisme. Dénuée de tout désir de revanche envers ses bourreaux, Zohra place son récit intime en pierre angulaire des œuvres réconciliatrices.

lundi 22 juin 2015

L'islamisation de la France

L'islamisation de la France
L'islamisation de la France

En France, en 2006, la filiale de la plus grande organisation islamiste mondiale des Frères musulmans, l'UOIF, ouvre écoles et mosquées en toute quiétude et siège au Conseil français du culte musulman (CFCM). Nicolas Sarkozy affirme sur un plateau de télévision que « sur le plan de l'ordre public il n y a rien à leur reprocher ». Inquiétant. Dalil Boubakeur, parangon de l'islam modéré selon la caste médiatique, parle pourtant de son « amitié d'une décennie » avec le président de l'UOIF et confie que « L'UOIF ne me paraît ni subversif, ni dangereux ». S'appuyant sur une immigration dont les mécanismes sont analysés méticuleusement, chiffres officiels à l'appui, l'islamisation de la France n'en est qu'à ses débuts selon les démographes. Les mosquées fleurissent dans l'hexagone, avec la bénédiction des mairies qui offrent les terrains à bâtir, tandis que l'UMP comme le PS commencent discrètement à subventionner leurs constructions avec l'argent des contribuables. Le lecteur trouvera avec cet ouvrage qui se veut le plus complet possible, des réponses claires à ses interrogations : que dit le Coran ? Quel est le contenu de la charia ? La distinction entre islam et l'islamisme est-elle pertinente ? Que pèsent les vrais modérés ? Après leurs récents succès démocratiques en Turquie, Égypte et Palestine, les islamistes ont-ils une stratégie de conquête en France ?

L'islamisation de la France et de toute l'Europe peut nous faire craindre le pire. http://islam-et-islamisation.blogspot.fr

Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement

Demain les barbares
Demain les barbares: Chroniques du Grand effondrement

Hiver 2028, la France doit affronter une crise financière et politique sans précédent. Retranché dans une capitale bunkerisée devenue un Disneyland pour riches et une destination phare du tourisme sexuel, le Président se débat dans des difficultés insurmontables pendant que le pays est ravagé par la criminalité et que des milices attisent les haines identitaires et dressent les communautés paupérisées les unes contre les autres. Longtemps au bord du gouffre, le pays ruiné bascule dans la sauvagerie au moment où son système économique s'effondre. Dans ce chaos qui ramène la France des siècles en arrière, des hommes et des femmes vont essayer de survivre à la violence en prenant les armes ou en tentant de fuir la guerre civile qui ravage le pays. Ce roman retrace les trajectoires de ces destins jetés dans le fracas de l'histoire au moment où l'ombre de la barbarie s'étend la France.

L'islamisation de la France et de toute l'Europe peut nous faire craindre le pire. Il est important d'envisager ces scénarios comme des futurs possibles pour notre civilisation. http://islam-et-islamisation.blogspot.fr

jeudi 18 juin 2015

Ces maires qui courtisent l'islamisme

islamisme
Ces maires qui courtisent l'islamisme

Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy, édifiée sur un terrain de la mairie socialiste contre un loyer dérisoire. Son imâm défend ouvertement les Frères Musulmans dont le passage aux affaires en Egypte s'est soldé par de nombreuses exactions, et la tentative d'islamiser les lois. Paris, qui croule sous une dette de 400 millions d'euros, a trouvé 16 millions d'euros pour son Institut islamique. A Nantes, la mairie a contribué à financer l'institut islamique de la branche française des Frères Musulmans, l'UOIF, à hauteur de 200 000 euros en 2009. Le maire s'appelait alors Jean-Marc Ayrault. Les mairies de Marseille et Nice ont été elles épinglées par le tribunal administratif pour des entorses à la loi de 1905, tandis que plusieurs députés financent des mosquées sur leur réserve parlementaire. Le maire de Nîmes, vice-président de l'UMP, a lui cédé un ex temple protestant à des islamistes dont les bulletins internes sont marqués d'un extrémisme inquiétant. Alain Juppé assure lui qu'il "fera tout pour qu'un terrain soit disponible" pour la Grande Mosquée de Bordeaux. L'imâm Tareq Oubrou qui dirigera l'endroit persiste dans son dernier livre à s'avouer membre des Frères Musulmans, dont le Guide suprême souhaite "contrôler l'Europe". Votre maire collabore-t-il avec l'islamisme ? Cette deuxième édition a été largement actualisée et augmentée après les municipales 2014.


Conférence de Véliocas sur les aides aux mosquées par l'UMP et PS

mardi 16 juin 2015

Le jour où le temps s'arrêta

Le jour où le temps s'arrêta

Le jour où le temps s'arrêta


Si vous lisez ces lignes, il est probable que je sois mort ou tout au moins que j’ai disparu de votre monde.
 
Je suis seul parmi vous. Je vous vois, mais vous ne me voyez pas, et cela risque de durer longtemps, en tout cas, jusqu’à ce que je meure. 

Mais pour que vous me compreniez, il faut que je vous raconte mon histoire.

lundi 15 juin 2015

Il était une foi l'islam... : l'histoire de celui qui voulait diviniser pour mieux régner

islam
Il était une foi l'islam... : l'histoire de celui qui voulait diviniser pour mieux régner

Cela fait maintenant près de dix ans que je ne suis plus musulman. J'ai cessé de l'être après avoir sérieusement étudié le puits sans fond que semblent être les textes sacrés du Coran et des hadîts Sahih. Ce long et difficile travail, tant sur celui des commandements de mes anciens maîtres (le Dieu Allah et Son prophète Muhammad) que sur moi-même, m'a amené à entrevoir des conclusions et à théoriser des concepts que je n'ai à ce jour encore jamais entendus ni lus nulle part ! L'existence de ce livre que vous tenez entre vos mains s'imposait donc, selon moi. Ce sont toujours les mêmes islamologues que j'entends et lis depuis tant d'années, ici, en France ! Tous ont pour conclusion définitive que le Coran n'est la source d'aucun problème (actes terroristes commis au nom du Jihâd, statut inférieur des femmes dans le Monde Arabo-Musulman, châtiments corporels sanctionnant de simples libertés individuelles pratiquées dans les pays où la Charia fait le droit...) et que l'islam voulu par le Prophète Muhammad serait une religion de paix, d'amour et de tolérance. Je souhaitais offrir à tous ces « experts » une contradiction sérieuse et argumentée en vue de réussir à démontrer à quel point ceux qui souffrent des idées reçues sur l'islam ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Au moment où j'écris ces mots, je pense être LE PREMIER AUTEUR AU MONDE à avoir réalisé une étude globale, critique et systémique, des textes sacrés de l'islam. J'aimerais me tromper, et savoir qu'en dehors de moi ne serait-ce qu'un seul auteur, du Monde Occidental ou d'ailleurs, a déjà réussi à établir des constats critiques capables d'analyser, en profondeur et efficacement, toutes les limites des principaux dogmes du Coran, sans morale ni manichéisme. J'ai passé des années à lire, à étudier, à dialoguer et à débattre, quitte à devoir sacrifier mes trop rares temps libres et à passer d'interminables nuits sans sommeil, tout ça dans le but de pouvoir vous convaincre que ce que je sais sur l'islam mérite d'être connu de tous. Je ne pouvais pas mourir avec tous ces secrets.

vendredi 12 juin 2015

2023 Le Mur d'Olivier Arnaubec

le mur
En 2090 la France est divisée en deux parties. Depuis soixante-sept ans, un Mur de 700 kilomètres, allant de Rochefort-sur-Mer à Briançon, haut de 7 mètres, sépare le Sud, devenu une République Islamique, et le Nord, redevenu un véritable Etat Laïque, où l'islam est proscrit. La justice du Sud est rendue par les hommes au nom de Dieu alors qu'au Nord le Juge ne sert plus qu'à lire les verdicts réputés infaillibles prononcés par « La Machine à Juger ». Mais celle-ci tombe en panne et l'avocat Gaétan Suchet, à l'occasion d'un procès qui s'annonçait insipide, se retrouve malgré lui au coeur d'un complot qui le mènera jusqu'en France du Sud, sur les traces de ses origines. Car soixante-huit ans plus tôt, son père était recueilli non loin de Nice par un homme qui fuyait la guerre civile qui faisait rage sur la côte d'Azur comme dans tout l'Hexagone. Un conflit de civilisation qui fit 500.000 morts et dont l'issue fut la grande scission de 2023, et son Mur. Ce livre raconte ces deux histoires.
Olivier Arnaubec est avocat. Il exerce à Nice.


Un roman qui nous propulse dans le futur. Peut-être un futur pas si lointain que ça, j'en ai l'eau à la bouche. Non pas que je rêve d'une France coupée en deux, mais parce que je l'imagine très bien avec une capitale islamique pour le sud islamique de la France Marseille et une capitale pour le nord non-islamique Paris. Sans doute le bestseller de l'été 2015. Thierry cumps

A lire : La liberté d'expression a désormais ses limites en France tout comme dans les pays islamistes 

dimanche 31 mai 2015

Gestion de la barbarie

Gestion de la barbarie
Gestion de la barbarie

Sous le titre Études stratégiques, les théoriciens du jihad communiquent leurs consignes terroristes aux islamistes du monde entier. Publiés en Orient et. en arabe, ces textes ne sont pas connus du public et n'attirent pas l'attention des dirigeants occidentaux. Au premier rang des stratèges islamistes, Abu Bakr Naji, recherché par toutes les polices, diffuse le traité de la Gestion de la barbarie, sous-titré L'étape par laquelle l'islam devra passer pour restaurer le califat. Abu Bakr Naji détaille, exemples à l'appui, les instructions à suivre pour démoraliser et détruire l'Occident. Ce document hallucinant, Mein Kampf des islamistes, donne un sens aux informations de la presse. Il faut le lire et le faire connaître, pour qu'il ne soit pas dit : " Nous ne savions pas ! "

Dans les médias
- « Le livre de chevet des chefs djihadistes qui sévissent partout dans le monde » (Le Salon Beige)
- « Ce manuel effrayant [...] précise ce qu'il faut savoir pour répandre l'islam et soumettre les peuples à la charia. » (Valeurs Actuelles)
- « La lecture de ce livre [...] est essentielle, et, à bien des égards, vitale » (SITAmnesty)

Ce livre montre bien qu'une organisation islamiste est à l’œuvre pour transformer nos pays encore libres en pays islamistes (comme les 57 autres pays de l'OCI).

Lire la préface.

mercredi 20 mai 2015

Bienvenue en France islamique !

Je considère qu'en France, les frères musulmans ont déjà gagné puisque pratiquement tous les partis politiques ont fait alliance avec eux. Se passer du vote des musulmans, c'est être sûr de ne pas être élu. Avec le remplacement d'une partie de la population d'origine par une population d'immigrés musulmans, la gauche (PS, Front de gauche, PCF, EELV), la droite (les Républicains) et le centre (Modem, UDI) se sont assurés de se partager les victoires électorales. Le refus d'être islamisé ne peut plus (à mon avis) passer par les urnes (mais peut-être que je me trompe).
Thierry Cumps

Bienvenue en France islamique !
Bienvenue en France islamique !

Dernière mise à jour : Mai 2015
Cliquez sur l’image pour le commander.

Est-ce vraiment une fiction politique ?

La politique du gouvernement socialiste (ainsi que de nombreux médias) est de dire que l’islam est une religion de paix et d’amour, qu’elle a toute sa place dans la république française et que quelque part on est tous musulman.
Je ne vais donc polémiquer plus longtemps sur la question car le but de ce livre n’est pas de savoir si on est pour contre l’islamisation de la France mais de voir ce que sera la France de demain, une fois que les musulmans auront pris le pouvoir dans notre pays.

Je tiens à préciser que je ne suis pas musulman, mais que j’ai étudié cette religion.
Je suis un islamologue (spécialiste de l'islam).
Thierry CUMPS


SITA=Sensibilisation à L'Islam Tous Azimuts


Documents à télécharger gratuitement pour comprendre les stratégies d'implantation de communautés islamiques dans nos pays afin d'y établir la charia : http://www.isesco.org.ma/fr/strategies/

dimanche 17 mai 2015

Votre ordinateur a un virus ?

antivirus
 Votre ordinateur a un virus ?

Dernière mise à jour : Mai 2015

Aujourd’hui il est inutile de payer pour disposer d’une bonne protection contre les virus.
Mais un antivirus seul est une protection illusoire car les logiciels espions (spyware) et les hackers passent très facilement la protection d'un pare-feu (firewall) et d'un antivirus.

Dans le cadre de mon association, j'aide les internautes à vérifier que leur ordinateur n'a pas été hacké à leur insu et je vous aiderai à vous protéger contre toutes ces menaces.

Avec ce livre, vous n'aurez plus aucun problème pour désinfecter votre ordinateur et le tenir désormais éloigné de tout genre de virus, spyware, adware ou autre malware.

Cliquez sur l'image pour le commander chez l'éditeur.

lundi 11 mai 2015

Chronique du choc des civilisations

Chronique du choc des civilisations
Chronique du choc des civilisations

Le "Chauprade" est désormais un classique pour tous ceux qui veulent comprendre les enjeux du monde actuel. Dans cette nouvelle édition entièrement mise à jour et augmentée de nouveaux articles, le lecteur découvrira quelles sont, par exemple, les causes profondes de la guerre de Syrie ou à quel jeu se livrent les grandes puissances au Sahel. Sur tous les continents et sur toutes les mers, c'est bien le choc des civilisations qui fait éclater les conflits ou qui fait peser de lourdes menaces sur la paix : du 11 septembre 2001 à nos jours, ce livre en est l'explication vivante, claire, richement documentée et illustrée. Avec Chronique du choc des civilisations, Aymeric Chauprade démontre que la géopolitique n'est pas une science réservée à un aréopage restreint de spécialistes, mais une clé dont chacun peut se servir pour décrypter l'histoire du début de ce troisième millénaire et pour répondre aux questions souvent angoissantes que pose l'actualité.

dimanche 12 avril 2015

Le génocide voilé: Enquête historique

Le génocide voilé: Enquête historique
Le génocide voilé: Enquête historique

Les Arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d'hommes qu'ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. Cette douloureuse page de l'histoire des peuples noirs n'est apparemment pas définitivement tournée. La traite négrière a commencé lorsque l'émir et général arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un bakht (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d'esclaves. La majorité de ces hommes était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d'une énorme ponction humaine qui devait s'arrêter officiellement au début du XXe siècle.

L'anthropologue et économiste Tidiane N'Diaye est l'un des grands spécialistes des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet. 

vendredi 10 avril 2015

Le Coran: texte arabe et traduction française par ordre chronologique

Le coran
Le Coran par ordre chronologique

Comme la Bible ou les Védas, le Coran appartient au patrimoine spirituel et intellectuel de toute l'humanité.
Il est un des quelques rares grands textes fondateurs d'universalisme, qui ont permis à de nombreuses sociétés de se construire et de grandir. Considéré par les musulmans comme unique et inimitable, le livre saint de l'islam n'a pas cessé, depuis quatorze siècles, de nourrir la vie de centaines de millions de croyants. Pour les fidèles de l'islam, ce livre est la pure Parole de Dieu délivrée à l'humanité, et sa seule existence permet de rendre immédiatement présent aux hommes le Seigneur des mondes.
Un musulman, bien entendu, ne peut pas ignorer le Coran, source toujours vivante de sa foi. Mais un non musulman le peut-il? D'aucuns peuvent le croire, mais c'est à tort. Dans un monde devenu de plus en plus réduit du fait du développement des moyens de communication, un monde de grands brassages humains, ce qui constitue fondamentalement les autres ne peut pas nous indifférer car, désormais présents dans notre environnement immédiat, ces autres influent inévitablement sur ce que nous vivons et sur ce que nous sommes et devenons. Alors que l'islam, en ce début du vingt et unième siècle, réunit, à égalité avec le christianisme, environ un quart de toute l'humanité, le Coran peut difficilement rester un inconnu pour n'importe quel honnête homme.
Voici une nouvelle version française du texte coranique: celle que nous offre aujourd'hui l'universitaire suisse d'origine palestinienne Sami Aldeeb Abu-Sahlieh. Elle est l'oeuvre d'un Arabe chrétien, pour qui la langue du Coran fait partie de son héritage, puisque la langue arabe classique a pour matrice le livre saint de l'islam. Depuis son enfance en Cisjordanie, dans le village majoritairement chrétien de Zababdeh, Sami Aldeeb a eu les oreilles remplies des appels à la prière des muezzins, et la musique du Coran psalmodié a accompagné sa jeunesse presque à l'égal des mélodies religieuses chrétiennes. Le fils de paysan aurait pu devenir prêtre (un de ses frères l'est), mais l'enchaînement des circonstances l'a conduit en Suisse où il est devenu un juriste, responsable du droit arabe et musulman à l'Institut suisse de droit comparé de Lausanne, et professeur invité dans différentes universités. Travailleur infatigable, auteur de plusieurs ouvrages remarqués et de très nombreux articles, Sami Aldeeb est également un intellectuel engagé, un homme qui ne craint pas d'intervenir dans le champ public pour interpeller l'opinion, poser des questions, défendre la dignité de l'homme. Il se montre, notamment, un adversaire résolu de la peine de mort.
La traduction que publie Sami Aldeeb fera certainement débat. Elle se distingue, en effet, des éditions habituelles du Coran par le choix de son auteur de présenter le texte coranique non pas dans l'ordre qui est celui des éditions canoniques, mais dans l'ordre qui aurait été celui de la révélation reçue progressivement par le prophète Mahomet.

mercredi 8 avril 2015

Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident

Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident
Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident

Connue depuis la publication de son essai Ma vie à contre-Coran (VLB éditeur), en 2009, elle a vécu de l'intérieur l'islamisme politique qu'elle dénonce. Au milieu des années 1990, elle a dû quitter l'Algérie. Le Groupe islamique armé (GIA) avait ordonné aux femmes le port du voile. De nombreuses résistantes ont été exécutées. Condamnée à mort parce que femme, féministe et laïque, Djemila Benhabib a choisi ce jour-là de se battre.

Farou­chement opposée au port du voile, elle profite de toutes les tribunes pour répéter ce message : l'islam politique est une idéologie d'extrême droite qui prône la fusion entre l'islam et l'État. L'islam devient religion et État à la fois, et la charia tient lieu de Constitution. Or, cette charia se fonde sur la supériorité du musulman sur le non-musulman et sur la supériorité de l'homme sur la femme.

Dix ans après les attentats du 11 septembre 2001, l'essayiste prend de nouveau la plume pour affirmer que l'Occident est en voie de perdre sa bataille contre l'islamisme politique. «Cette idéologie totalitaire est en train d'agir sur l'organisme planétaire comme un abcès qui, peu à peu, gangrène ses principaux membres ! » affirme-t-elle.

Dans la dernière partie de sa démonstration, Djemila Benhabib s'intéresse plus particulièrement au Québec. Elle revient sur l'empoignade au sujet du voile islamique. Elle dénonce avec vigueur la décision de la Fédération des femmes du Qué­bec (FFQ), en mai 2009, d'appuyer le port du voile islamique par les employées de la fonction publique québécoise, écorchant au passage Québec solidaire. «J'étais à mille lieues d'imaginer le basculement de la FFQ, son extrême vulnérabilité face à des forces islamistes bien organisées et structurées, j'étais à mille lieues de soupçonner son déclin programmé ainsi que son instrumentalisation par Québec solidaire», écrit-elle. De la dynamite ! L'auteure s'en prend avec tout autant de véhémence à la ministre de la Condition féminine, Christine Saint-Pierre, qui s'est rangée à la position de la FFQ.

mardi 7 avril 2015

L'Islam des interdits

L'Islam des interdits
L'Islam des interdits

Dans les débats actuels sur l'Islam, la question des interdits et des blocages à l'égard de la modernité revient de manière permanente. Il est souvent de bon ton de distinguer un islam ouvert, pacifique et compatible avec la modernité, d'un islamisme intégriste, mettant en valeur une approche intolérante de la foi. Mais cette distinction est-elle pertinente ? Ne relève-t-elle pas d'abord d'une attitude " politiquement correcte ", qui évacue tout débat de fond, au détriment des évolutions nécessaires ? A travers un propos incisif, Anne-Marie Delcambre montre que nombre d'interdits ou de blocages actuels de la religion musulmane ne sont pas seulement des dérives intégristes mais font partie intégrante de l'Islam lui-même. Bien des éléments de ces interdits se retrouvent en effet dans le Coran ou dans la tradition la plus établie. Ainsi du statut discriminatoire des juifs et des chrétiens, de l'appel à la guerre sainte voire au meurtre, de la place des femmes, du regard non critique et non historique sur les textes fondateurs, de la place assignée au Prophète... Cet examen lucide est indispensable pour engager aujourd'hui un dialogue authentique avec l'Islam.

lundi 6 avril 2015

Insoumise

Ayaan Hirsi Ali
Insoumise

Député libérale néerlandaise, d'origine somalienne, musulmane, Ayaan Hirsi Ali, à l'instar de Salman Rushdie en son temps, est menacée de mort par les fondamentalistes hollandais. Son crime: la dénonciation des dérives de l'islam.Fuyant un mariage arrangé, Ayaan Hirsi Ali, alors âgée de vingt-deux ans, s'exile aux Pays-Bas où elle étudie dans les meilleures écoles pour s'engager en politique. Chacune de ses interventions dans les médias fascinent ou irritent car elle dénonce inlassablement la position qu'en Europe de l'Ouest comme dans les pays arabes l'islam réserve aux femmes. Depuis l'assassinat du cinéaste Théo Van Gogh avec qui elle avait réalisé "Submission", un court-métrage sur une femme voilée battue par son mari, elle vit recluse.Obsession maladive de la virginité – "une fille dont l'hymen est déchiré, c'est comme un objet usagé", a-t-on coutume dire aux jeunes musulmanes –, mariages transformés en viols, réclusion à perpétuité, excision... Ayaan Hirsi Ali dresse dans ce livre un rapport rationnel – d'autant plus terrible – et sans concessions sur la situation de la femme de confession musulmane. S'appuyant notamment sur des témoignages et des cas concrets, elle s'engage contre les violences conjugales subies par les femmes, même quand, issues de l'immigration, elles vivent en Europe, et ce en violation flagrante de la législation européenne. "Ce dont la culture musulmane a besoin, c'est de livres, de séries, de poésies et de chansons qui montrent ce qui se passe vraiment et se moquent des préceptes de la religion." Esquisses de solutions? Pour Ayaan Hirsi Ali, le salut passe par l'autocritique, le rire, la parodie."Insoumise" est le réquisitoire d'une femme libre et courageuse.

Née en Somalie en 1969, excisée à l’âge de 5 ans, cette femme est scolarisée dans un lycée musulman pour filles. Soumise à ses parents, à son clan et à sa religion jusqu’à l’âge de vingt-trois ans, elle profite d’un passage dans sa famille en Allemagne, pour s’enfuir et échapper à un mariage forcé.

Réfugiée aux Pays-Bas, elle adopte les valeurs libérales occidentales au point de devenir une jeune députée à La Haye et de s’affirmer athée. Pour avoir travaillé dans les services sociaux du royaume, elle connaît, de l’intérieur, les horreurs tolérées à l’encontre des femmes au nom du multiculturalisme.

Son combat contre l’emprise de l’islam a pris un tour tragique depuis le 2 novembre 2004, date de l’assassinat par un radical islamiste du cinéaste Theo Van Gogh, coauteur avec elle du film « Soumission ».

Obligée de fuir les Pays-Bas, Ayaan Hirsi Ali a trouvé asile aux USA.
Elle soutient que l’islam est incompatible avec les principes de la démocratie.

Extraits traduits d’une interview de Ayaan Hirsi Ali dans le magazine Reason :

Reason :Devrions-nous reconnaître que la religion a parfois déclenché des mouvements d’émancipation qui pourraient faire entrer l’islam dans la modernité ? Par exemple, l’esclavage aux Etats-Unis a été combattu par les catholiques. L’église polonaise a contribué à la défaite de Jaruzelski… Pensez-vous que l’islam pourrait être à l’origine de changements politiques et sociaux similaires ?

Hirsi Ali : Uniquement si l’islam est vaincu. Car actuellement, c’est le versant politique de l’islam, expansionniste et avide de pouvoir, qui a pris le dessus sur le soufisme et l’islam «pacifique».

Reason :Voulez-vous dire si l’islam radical est vaincu ?

Hirsi Ali : Non. L’islam tout court. Une fois qu’il sera vaincu, il pourra muter en quelque chose de pacifique. Il est extrêmement difficile de parler de paix actuellement. La paix ne les intéresse pas.

Reason :Voulez-vous dire qu’il faudrait écraser 1,5 milliards de musulmans ? Que voulez-vous dire quand vous dites qu’il faut «vaincre l’islam» ?

Hirsi Ali : Je pense que nous sommes en guerre contre l’islam. Et qu’il n’y a pas de demi-mesure dans la guerre. L’islam peut-être vaincu de différentes manières. Tout d’abord, il faut arrêter de répandre l’idéologie elle-même. Actuellement, il existe des occidentaux qui se convertissent à l’islam ; ce sont parfois les plus fanatiques. Il existe également une infiltration de l’islam dans les écoles et dans les universités. Il faut que cela soit stoppé. Il faut interdire que les symboles et les effigies [ndlr : drapeaux, croix etc…] soient brûlés. Il faut regarder les musulmans dans les yeux, bander ses muscles et dire : «Ceci est un avertissement. Nous n’acceptons plus cela». Il vient un moment où un ennemi doit tout simplement être écrasé.

Reason : Militairement ?

Hirsi Ali : De toutes les façons possibles. Et si vous ne le faites pas, il vous faudra vivre alors en vous apprêtant à être écrasé.

Reason : Allons-nous réellement vers quelque chose de si terrible ?

Hirsi Ali : Oui, je pense que c’est vers cela que nous allons. Parce que l’Occident est dans le déni de la réalité depuis longtemps. Il n’a pas répondu à certains signaux qui étaient moins forts et plus faciles à traiter. Il faut maintenant faire des choix. Voila le dilemme : l’Occident est une célébration de la vie, de la vie de tout le monde, même de celle de ses ennemis. Comment pouvez-vous être à la fois fidèle à cette philosophie et en même temps vous défendre contre un ennemi puissant qui cherche à vous détruire ?

Reason: George Bush, qui n’est pas la personne la plus conciliante que l’on connaisse, a déclaré à maintes occasions que nous ne sommes pas en guerre contre l’islam.

Hirsi Ali : Si l’homme le plus puissant de l’Occident déclare cela, alors, sans le vouloir, il laisse les islamistes radicaux penser qu’ils ont déjà gagné. Il n’existe pas d’islam modéré. Il existe des musulmans passifs, qui ne suivent pas toutes les règles de l’islam, mais il n’y a bien qu’un seul islam, défini comme la soumission à la volonté de Dieu. Et il n’y a rien de modéré en cela.

Reason: Et lorsque même un critique de l’islam aussi virulent que Daniel Pipes déclare : «L’islam radical est le problème, mais l’islam modéré est la solution », a-t’il tort ?

Hirsi Ali : Il a tort. Désolé. (…)

Reason :En Hollande, vous vouliez introduire un permis spécial pour les écoles islamiques.

Hirsi Ali : Je voulais que ces écoles disparaissent. Je voulais qu’elles soient fermées, mais mon parti a dit que cela ne serait pas voté. Les dirigeants m’ont dit en privé qu’ils étaient d’accord avec moi, mais que nous n’obtiendrions pas de majorité. Ça n’a pas abouti.

Reason : Votre proposition allait à l’encontre de la constitution hollandaise qui garantie la liberté d’enseignement des mouvements religieux. Vous battriez-vous de nouveau contre cela ?

Hirsi Ali : Absolument.

Reason: Et ici aux USA, vous militez pour l’interdiction…

Hirsi Ali : l’interdiction de toutes les écoles musulmanes. Fermez-les. Cela semble extrémiste, je sais. Il y a 10 ans, les choses étaient différentes, mais maintenant le génie jihadiste est sorti de la bouteille. J’ai dit la même chose en Grande-Bretagne et en Australie, et on me répond toujours : « la constitution ne l’autorise pas ». Mais d’où viennent ces constitutions ? Il n’existait aucune école musulmane quand ces constitutions ont été rédigées. Il n’y avait pas de jihadistes. Ils ne pouvaient même pas y penser.

Les constitutions occidentales ne sont pas infaillibles. Elles sont le produit de la raison et la raison nous enseigne que l’on ne progresse que quand on analyse la situation et que l’on agit en conséquence. Aujourd’hui, les circonstances sont différentes, la menace est différente. Les constitutions peuvent être adaptées. Et parfois elles le sont. La constitution américaine a été amendée plusieurs fois. Les constitutions ne sont pas comme le coran, non négociables, intangibles et figées.

Je suggère de fermer les écoles musulmanes. Vous me répondez «non, ça n’est pas possible». Le problème que je pointe du doigt devient de plus en plus massif. Vous me dites alors «OK, nous allons les décourager d’en ouvrir.» Et malgré cela, le problème continue de prendre de l’ampleur. Et dans quelques années, la situation sera si mauvaise que vous prendrez la décision que je préconisai. Mais trop tardivement (…)

Reason : Pensez-vous que les musulmans sont mieux intégrés aux USA qu’en Europe ?

Hirsi Ali : (…) Oui, j’ai l’impression que les musulmans sont beaucoup mieux intégrés ici qu’en Europe. Être assimilé ne veut pas dire que vous ne deviendrez pas jihadiste, mais la probabilité semble beaucoup moins forte qu’en Europe.

Tout d’abord, aux USA, il n’y pas réellement d’État providence. En Hollande, Mohammed Bouyeri avait tout le temps nécessaire pour préparer le meurtre de Theo Van Gogh. Aux États-Unis, les musulmans doivent trouver du travail. Ce qui pousse les gens à s’assimiler ici, c’est parce que c’est cela qu’on exige d’eux. Les gens ne sont pas chouchoutés par le gouvernement et les allocations.

Il existe une forte culpabilité aux États-Unis, mais elle est liée aux noirs américains et aux indiens, pas aux musulmans ou aux autres immigrés. L’américain moyen ne fait pas de différence entre les immigrés, qu’ils viennent de Chine, du Vietnam ou de pays musulmans.

La culpabilité en Europe est très différente. Elle se réfère au colonialisme, à l’apartheid en Afrique du Sud, à l’holocauste… La situation est beaucoup plus complexe, et les européens sont plus réticents quand il s’agit de dire «non» aux immigrés.

Les immigrés musulmans ne sont pas venus en Europe avec l’idée de s’assimiler : ils sont d’abord venus pour travailler, gagner de l’argent et repartir. Les générations suivantes sont venues non pas pour travailler mais pour profiter de l’État-providence et des allocations de toutes sortes. L’assimilation ne les préoccupe pas vraiment. (…)

Reason: le mot «tolérance» est probablement l’un des plus importants pour définir la façon dont les Hollandais se voient eux-mêmes. Cela fait qu’il est très facile quand l’on est critiqué de se dire victime d’intolérance, et de là, discriminé, ou victime d’islamophobie, ou de racisme…

Hirsi Ali : Il faut revenir au sens premier du mot « tolérance». Il signifiait que l’on pouvait être en désaccord, mais sans recourir à la violence. Cela impliquait une réflexion critique sur soi, cela ne voulait pas dire tolérer l’intolérance. Cela signifiait aussi un haut degré de liberté individuelle.

Puis les musulmans sont arrivés. Et ils n’avaient pas grandi avec cette compréhension de la tolérance. Très vite, la tolérance s’est retrouvé redéfinie par le «multi-culturalisme» et l’idée que toutes les cultures et toutes les religions sont égales.

Cela a créé de grandes attentes parmi les musulmans. On leur a dit qu’ils pouvaient conserver leur propre culture, leur religion etc… Et le vocabulaire s’est rapidement transformé et désormais, si vous critiquez une personne de couleur, vous êtes raciste, et si vous critiquez l’islam, vous êtes islamophobe.

Reason : Le corollaire du mot «tolérance» est probablement «respect». Le supposé manque de respect est devenu un abcès de fixation entre l’islam et l’Occident. (…) Pensez-vous que c’est cela que les musulmans veulent réellement, du respect ?

Hirsi Ali : Cela n’a rien à voir avec le respect. Cela a à voir avec le pouvoir. L’islam est une idéologie politique. Mais je pense qu’en réalité, le problème n’est pas l’islam. C’est l’Occident le problème. L’Occident est persuadé que son système est invincible, que tout le monde se modernisera de toute façon, que ce que l’on voit dans les pays musulmans est une demande de respect. Ou que c’est à cause de la pauvreté, ou de la colonisation, ou que sais-je encore…

Cette idée occidentale qui veut que si nous les « respectons », ils nous respecterons, que si nous sommes conciliants ou accommodants, le problème disparaîtra, est un leurre.

Le problème [de l’islam] ne disparaitra pas. Affrontez-le, où il deviendra de plus en plus massif.

Abel, mon fils, ma bataille

Abel, mon fils, ma bataille
Abel, mon fils, ma bataille

Abel Chennouf, jeune caporal de vingt-cinq ans du 17e RGP de Montauban, est abattu d'une balle dans le dos, le 15 mars 2012. On conclut un peu vite à un meurtre raciste, inspiré par l'extrême droite, sans voir que les autres cibles de l'assassin sont toutes militaires. Quand de nouveaux crimes de sang-froid frappent une école juive, la France entière manifeste son émoi, l'enquête s'accélère et l'on met un nom sur le coupable, un certain Mohamed Merah. Non seulement on ne réussit pas à l'arrêter mais, lorsqu'on finit par le cerner, il est tué avant d'avoir pu parler.
Depuis ce 22 mars 2012, le père d'Abel, Albert Chennouf-Meyer, se bat pour que la vérité éclate, au nom de la mémoire de son fils qui aurait dû être papa deux mois plus tard, mais aussi des autres victimes de Merah. Car de nombreuses questions restent en suspens. Pourquoi tant de dysfonctionnements dans le suivi du jeune djihadiste, pourtant repéré plusieurs mois avant les faits par la DCRI, dirigée alors par l'incontournable Bernard Squarcini ? Comment le siège de l'appartement du tueur a-t-il pu conduire à un tel fiasco ? Pourquoi l'État, qui avait assuré les familles de son soutien, refuse-t-il de reconnaître ses responsabilités et s'entête-t-il à ne pas diffuser certains documents classés « Secret Défense » ?
Un an après la tragédie, le témoignage bouleversant d'un père blessé qui ne craint plus rien, bien décidé à mener la lutte jusqu'au bout. Y compris par une plainte visant l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.

mercredi 1 avril 2015

La régression intellectuelle de la France

La régression intellectuelle de la France
La régression intellectuelle de la France

La France est en phase de régression intellectuelle, parce que la vie scientifique suppose la liberté totale de critique et que cette liberté n'existe plus dans le pays. L'auteur analyse notamment les lois de censure (loi Gayssot, loi sur la HALDE, lois dites « mémorielles »...) qui exposent à l'amende ou à la prison ceux qui osent dire certaines vérités contraires à l'orthodoxie régnante ou seulement aborder certains sujets tabous. La thèse est qu'une nouvelle religion, protégée par de nouveaux tribunaux d'Inquisition, règne au pays de Voltaire et de Beaumarchais, le rendant aveugle et incapable de penser scientifiquement son avenir.
Philippe Nemo, né en 1949, est un philosophe et un historien des idées politiques français, professeur de philosophie à l'École supérieure de commerce de Paris — Europe de tendance néo-libérale. Ses domaines de recherches vont du libéralisme (notamment Friedrich August Hayek dont il est le principal promoteur français) et de l'idée d'Occident, à l'étatisme et à l'idée nationale de république. Il a aussi publié des études sur les problèmes contemporains de l’éducation et de la pédagogie auxquels il propose des solutions libérales: privatisation, mise en concurrence des établissements.

Ils ont acheté la presse : Pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense

Ils ont acheté la presse
Ils ont acheté la presse

À force d'être si proche du pouvoir, la presse n'est plus un contre-pouvoir crédible.
Gavée de subventions publiques et de privilèges fiscaux, la presse est épargnée par l'effort de solidarité imposé à tous. Un favoritisme d'État (les contribuables versent plus de 5 000 euros de subvention par mois et par journaliste...) dont la presse bien sûr ne parle pas, mais dont ce livre dresse un bilan alarmant.
Vigilante sur toute proximité avec les sarkozystes, la presse a accepté de devenir capitalistiquement proche du pouvoir socialiste, s'étant vendue sans états d'âme à des financiers (il est vrai qu'ils s'affichent «de gauche»). En étudiant notamment de près la reprise du Monde par le trio Pigasse-Bergé-Niel, et en revenant sur la gestion du Nouvel Observateur par Denis Oliveraies, avec aussi un éclairage sur Médiapart ou le Huffington Post d'Anne Sinclair, on découvre avec effarement les coulisses d'une presse embourbée dans ses contradictions, ses compromissions, ses oeillères et ses mensonges.
La presse a renoncé à être le quatrième pouvoir, pour mieux se fondre dans le cinquième pouvoir : celui de vastes réseaux mondialisés, mêlant hommes d'affaires, financiers, médias et politiques, agissant et décidant en toute discrétion, parallèlement aux structures démocratiques devenues impuissantes.
Une enquête fouillée de plus de deux ans, un voyage édifiant et instructif sans parti pris, sans tabous, sans langue de bois dans les coulisses, où l'on croise les membres du Siècle (le plus grand groupe d'influence français), les Young Leaders Arnaud Montebourg et Audrey Pulvar, le Bilderberger Manuel Valls, le German Marshall Fund, financera : américain de Terra Nova, organisateur des Primaires du Parti Socialiste... et où l'on découvre les stupéfiantes conditions de nomination de l'inconnu Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil européen.
Ne reste-t-il qu'Internet pour disposer d'une information non formatée, plurielle et de vrais débats contradictoires loin de tous ces conflits d'intérêts et de ces magouilles devenus répulsifs aux lecteurs ?

L'auteur : Benjamin Dormann, 50 ans, a été journaliste dans la presse financière, puis trésorier d'un parti politique et candidat à des élections européennes et législatives. Diplômé d'un MBA en finance de l'université de Chicago, il est depuis seize ans associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises, et président exécutif d'une structure internationale active dans trente-huit pays.

lundi 30 mars 2015

L'islamisation de la France

L'islamisation de la France
L'islamisation de la France

En France, en 2006, la filiale de la plus grande organisation islamiste mondiale des Frères musulmans, l UOIF, ouvre écoles et mosquées en toute quiétude et siège au Conseil français du culte musulman (CFCM). Nicolas Sarkozy affirme sur un plateau de télévision que « sur le plan de l ordre public il n y a rien à leur reprocher ». Inquiétant. Dalil Boubakeur, parangon de l islam modéré selon la caste médiatique, parle pourtant de son « amitié d une décennie » avec le président de l UOIF et confie que « L'UOIF ne me paraît ni subversif, ni dangereux ». S appuyant sur une immigration dont les mécanismes sont analysés méticuleusement, chiffres officiels à l appui, l islamisation de la France n en est qu à ses débuts selon les démographes. Les mosquées fleurissent dans l hexagone, avec la bénédiction des mairies qui offrent les terrains à bâtir, tandis que l UMP comme le PS commencent discrètement à subventionner leurs constructions avec l argent des contribuables. Le lecteur trouvera avec cet ouvrage qui se veut le plus complet possible, des réponses claires à ses interrogations : que dit le Coran ? Quel est le contenu de la charia ? La distinction entre islam et l islamisme est-elle pertinente ? Que pèsent les vrais modérés ? Après leurs récents succès démocratiques en Turquie, Egypte et Palestine, les islamistes ont-ils une stratégie de conquête en France ?

vendredi 27 mars 2015

Guerre à l'Occident - Guerre en Occident

Guerre à l'Occident - Guerre en Occident
Guerre à l'Occident - Guerre en Occident
Lieutenant-Colonel Jean-François Cerisier

Treize ans après les attentats de New York, quelques mois après la multiplication des actes barbares de l'Etat islamique, quelques semaines après la tuerie de Charlie Hebdo, la belle histoire de « l'islam religion d'amour, de tolérance et de paix » a du plomb dans l'aile. Il faut être sot ou aveugle pour ne pas comprendre que le système islamique est un projet politique conquérant et guerrier, dont la finalité est l'anéantissement de tout ce qui n'est pas musulman. Dans ce contexte, il ne peut donc y avoir de doute quant à la nature de ce qui se produira sur le Vieux-Continent, alors que la guerre a déjà commencé. Les victimes sont et seront les citoyens européens, à leur corps défendant. Cette guerre du 21e siècle, l'auteur, lieutenant-Colonel en retraite, l'analyse en militaire : d'abord, identification de l'ennemi, le système islamique. Puis il nous livre une étude précise de ses différentes composantes, de ses moyens d'action et de leur finalité. Il décortique les méthodes de subversion de l'Occident, les multiples complicités dont bénéficient les conquérants, et les différents types de guerre menées simultanément contre nos pays. Il décrit également les différentes actions subversives des soldats d'Allah pour parvenir à la déstabilisation de nos Etats. En bon stratège, il regarde également la démographie des pays musulmans et la progression de l'implantation islamique en Europe. Il ne néglige pas, par ailleurs, une étude précise sur les ressources pétrolières et gazières des pays de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI)... sans oublier d'examiner les alternatives énergétiques possibles pour l'Occident. Partant du principe qu'il ne pourra y avoir de cohabitation pacifique entre deux cultures antagoniques, il passe en revue toutes les hypothèses possibles pour les trente années qui viennent. Quoi qu'il arrive, les Occidentaux devront se battre pour leur survie et celle de leurs descendants. Sinon, ils disparaîtront.

dimanche 22 mars 2015

La tyrannie médiatique

La tyrannie médiatique
La tyrannie médiatique

Les médias ne sont pas un contre-pouvoir. Ils ne sont pas davantage le quatrième pouvoir. Ils sont progressivement devenus le premier pouvoir : celui qui s'exerce sur les esprits. Plus inquiétant, ils semblent même prendre le contrôle des autres pouvoirs, intellectuels, politiques et judiciaires. Or journaux, radios, télévisions et même certains sites d'information en ligne ne sont ni indépendants, ni libres. Ils subissent la loi d'airain publicitaire des banques et des financiers, prisonniers des préjugés de ceux qui les font, la caste journalistique. C'est l'alliance du grand capital et de la pensée unique de salle de rédaction qui passent tout au crible de l'idéologie mondialiste : ouverture des frontières, dérégulation économique et financière, rejet des traditions, « antiracisme » et « mariage gay ». Pour rééduquer, ils conditionnent par la désinformation, la Novlangue, la censure, la diabolisation et le bobard sont leurs instruments, au mépris de l'identité, de la souveraineté, de la démocratie française et des libertés. J.-Y. Le Gallou reconstitue l'histoire et autopsie cette tyrannie des temps modernes ; il trace aussi les voies de son renversement : par le développement de l'esprit critique, la réinformation, l'essor des médias alternatifs sur Internet, l'abolition des lois liberticides, le développement de la démocratie numérique et de la démocratie directe. Pour redonner vie à une véritable liberté d'expression, il faudra bien chasser les assassins de l'information.

mardi 10 mars 2015

Blasphémateur !: Traduit de l'arabe par Chawki Freiha

Blasphémateur !: Traduit de l'arabe par Chawki Freiha
A 25 ans, Waleed Al-Husseini est un homme libre, et cette liberté, il en a payé le prix.
En 2010, il est le premier Palestinien d’origine musulmane incarcéré en Cisjordanie pour avoir rejeté l’Islam. Sur internet, seul espace de liberté, l’adolescent dénonçait les ressorts rétrogrades, violents et misogynes des textes coraniques et la pratique des religieux.
Mais on ne quitte pas l’Islam. L’Autorité palestinienne, qui se déclare pourtant laïque, en fait son ennemi public numéro un et l’arrête pour outrage à la religion. Commence alors un long et douloureux séjour dans les prisons palestiniennes, où il subit des tortures psychologiques et physiques. Il parviendra finalement à en sortir grâce à des soutiens internationaux, et trouvera asile en France.
Témoignage poignant, Blasphémateur ! offre le regard inédit d’un citoyen palestinien sur son propre État, paralysé selon lui par les conflits internes, la collusion des pouvoirs, la prégnance du religieux. C’est aussi le plaidoyer enflammé d’un homme déterminé à se battre pour la liberté de penser. Un homme des Lumières.


Un blogueur palestinien condamné pour blasphème

jeudi 26 février 2015

Histoire secrète de SOS Racisme

Histoire secrète de SOS Racisme
Histoire secrète de SOS Racisme

Serge Malik fut l’un des membres fondateurs de l'association SOS Racisme. D'origine arabe, de confession juive, il se définit lui-même comme un « faux beur », un « margarine ». Il tente de décrire dans son livre les enjeux et les manœuvres politiques qui furent à l’arrière-plan de la création du mouvement antiraciste. Il y accuse notamment le Parti socialiste et l'ancien président François Mitterrand de manipulation.

Utile à ceux qui veulent comprendre comment on peut gravir l'échelle sociale en vendant des mots et des slogans.

mercredi 25 février 2015

Le vrai visage de Manuel Valls

Le vrai visage de Manuel Valls

Manuel Valls
En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l'anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L'histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit : Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d'une famille suisse enrichie dans le trafic de l'or par sa mère, ce fils d'un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l'île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu'il n'était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd'hui pape des communicants socialistes et responsable du CRIF, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes avec lesquels il est demeuré étroitement lié. Le nouveau Premier ministre est aussi l'incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova : un pur apparatchik rompu aux jeux d'appareil, à la fois « boboïsé », social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l'européisme, au métissage et au multiculturalisme. Ce que d'aucuns pourraient appeler l'« after-socialisme » ou socialisme « à l'eau de rose ». Il est bien évidemment membre du club d'influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg. Semblable aux néo-cons américains, en général venus de l'extrême gauche, il est également un soutien fanatique d'Israël, pays avec lequel il s'est déclaré « éternellement lié ». C'est cet individu qui se voit évidemment trôner en 2017 ou 2024 à la présidence de la République.

vendredi 20 février 2015

Maladie de Lyme : Mon parcours pour retrouver la santé

Une femme pilote instructeur dans une grande compagnie aérienne voit son état de santé se dégrader soudainement : douleurs physiques de plus en plus insoutenables, difficultés à parler, hallucinations visuelles, fatigue intense... Elle consulte un, deux, dix médecins, trouve les meilleurs spécialistes, passe des dizaines d'examens médicaux... Mais personne ne parvient à identifier la cause de ses souffrances. On finit par lui conseiller de consulter un psychiatre. Convaincue au contraire que ses troubles sont bien réels et prête à tout pour en découdre avec le mal qui la ronge, cette femme décide de se battre. Son parcours, décrit dans ce récit autobiographique, va l'amener à comprendre qu'elle souffre d'une maladie chronique en pleine expansion transmise par les tiques, les puces, les moustiques : la maladie de Lyme. Et surtout à découvrir qu'à côté des traitements proposés (antibiotiques), il existe des thérapies alternatives peu connues mais particulièrement efficaces.

TOTO.com
L’association www.associationlymesansfrontieres.com a été créée en 2012 avec pour objectif la reconnaissance de la maladie de lyme par les pouvoirs publics, la recherche pour cette maladie ainsi que le soutien aux malades. Sachant que la maladie  est mal diagnostiquée et mal soignée . Cette grave maladie peut atteindre plusieurs systèmes ; neurologique, articulaire, osseux et peut imiter plein d’autres maladies,  les maladies auto-immunes comme la sclérose en plaque le lupus, la poly-arthrite etc... 
La présidente de l’association, Judith Albertat, a remué ciel et terre durant 3 ans. Apsamed l'avait invité au congrès en 2013, afin qu'elle apporte son témoignage et son aide aux malades venus assister aux conférences. Elle a, lors de sa présidence, alerté la commission santé du gouvernement , médias, médecins ,organisé des congrès internationaux afin que cette maladie  soit véritablement prise en charge. A l’heure actuelle, la maladie chronique , pour notre système de santé, n’existe pas. Bon nombre de malades sont dans le désarroi le plus total.