vendredi 13 mai 2016

Les derniers jours de Muhammad

Les derniers jours de Muhammad
Médine, juin 632. Sous le soleil accablant de l'Arabie, le temps semble s'être arrêté : le Prophète de l'islam a rendu son dernier souffle. Autour de lui, les fidèles de la nouvelle religion, plongés dans la sidération, tremblent à l'idée que la Fin du monde soit proche. Mais où sont passés ses Compagnons ? Quelle est cette étrange maladie qui l'a terrassé en quelques semaines ? Et pourquoi l'enterrement n'a-t-il pas lieu ? Au fil de ce récit au jour le jour de l'événement le plus mystérieux dans l'histoire de l'islam, Hela Ouardi, universitaire tunisienne, explore et confronte les sources sunnites et shiites les plus anciennes. Celles-ci nous révèlent un autre visage du Prophète, celui d'un homme menacé de toutes parts, affaibli par les rivalités internes et par les ennemis nés de ses conquêtes. Tout est entrepris pour qu'il ne laisse aucune directive claire sur sa succession. Ses Compagnons s'engagent dans une lutte pour le pouvoir et son clan se déchire, ouvrant la voie à des guerres meurtrières qui ensanglantent encore notre monde aujourd'hui. Une reconstitution chronologique inédite, où Hela Ouardi oppose aux mémoires idéologisées le portrait d'un homme rendu à son historicité et à sa dimension tragique.

Le premier étonnement en lisant cet ouvrage est le constat du caractère humain, trop humain, du prophète et de son entourage.
Aucun document ni trace concrète contemporaine de la vie du prophète n’a été retrouvé
Le deuxième étonnement, moins grand tout de même, est la minutie et le nombre de récits rapportés par la tradition, qui contrastent avec la quasi absence de sources non musulmanes. Aucun document ni trace concrète contemporaine de la vie du prophète n’a été retrouvé.

Un point-clé est l’absence de désignation de son successeur par Mahomet. À partir d’indices convergents, Hela Ouardi pose cette hypothèse : Mahomet n’aurait pas voulu créer une religion, mais annonçait l’apocalypse, l’arrivée du Messie. Une phrase qui lui est attribuée le suggère : «Par Celui qui tient mon âme en Sa main, la descente de Jésus fils de Marie est imminente.»
Dans cette optique, l’islam religion universelle aurait été inventé après la mort de son prophète par le deuxième calife Omar qui a régné de 634 à 644 et par les califes omeyyades. Abu Bakr n’a exercé le pouvoir que deux ans (632-634).
Lire l'article complet sur www.dreuz.info